Patrimoines culturelles

> Culture et tourisme > Culture > Patrimoines culturelles

  • 인쇄

Heoniereung

(Monument historique No 194, San 13-1 Naegok-dong)

Heonreung est le tombeau royal du troisième roi Taejong( 太宗 , 1367-1422) de la dynastie Joseon et de son épouse et reine Wongyeong ( 元敬王后 閔氏 , 1365-1420) de la famille Min tandis que le tombeau Inreung (se trouvant à sa droite) est celui du 23 ème roi Sunjo( 純祖 ) et de la reine Sunwon ( 純元王后 金氏 ) de la famille Kim.

En général, Heonreung et Inreung, étant appellés Heoninreung, sont désignés comme un monument historique numéro 194, le 26 mai 1970. Le mont Daemo d'altitude de 290.8m, situé derrière Heoninreung, a été nommé le mont Mamie ou le mont Daego( 大姑山 ) car son apparence ressemble à une grande mère. Mais depuis l'installation du tombeau Heonreung du roi Taejong, son nom a changé, selon l'ordre du roi, en le mont Daemo.

Cheonggwonsabumyoso

(Patrimoine culturelle matérielle de Séoul No12 /191-1 Bangbae-dong)

Cheonggwonsa est un tombeau et un sanctuaire du prince Hyoryeong, grand frère du Grand roi Sejong et se situe au 191-1, Bangbae-dong. Hyoryeong est né comme deuxième fils du roi Taejong et est devenu le prince à la 12 ème année du gouvernement du roi Taejong. Il était fidèle à ses parents et a mené la relation amicale avec ses frères. D'ailleurs, il a aimé la lecture. En particulier, fidèle au bouddhisme, à la dixième année(1466) du roi Sejo, il s'occupait d'un poste de directeur général lors de la création du temple Wongak. D'autre part, il a traduit et a publié un Sutra Wongakgyeong. Le nom du sanctuaire « Cheonggwon » provient du chapitre Mija du volume 18 de , sutra de confucianisme. Autrement dit, c'est une abréviation «Sinjungcheong, pejunggwon» d'un passage « wiujungiil eungeo bangeon sinjungcheong, pejunggwon »

Seongansanggongsindobi

(Patrimoine culturelle matérielle de Séoul No 60/San 152-5 Seocho-dong)

A l'intérieur du lycée Sangmun (1000-1 Bangbae-dong), il y a la tombe du premier ministre Sangjin et la stèle Sindobi de l'époque du roi Myeongjon de la dynastie Joseon. Ce dernier a été construit à la 21 ème année (1566), 2 ans après la mort de Sangjin et est désigné en 1984 comme un patrimoine culturel et matériel numéro 60 de Séoul. Le stèle Sindobi de Sanjin est haut de 362 ㎝ , large de 170 ㎝ et épais de 104 ㎝ . Il est composé d'un corps, d'une grande pierre à sa base et un type de toit en pierre. L'épitaphe est rédigée par un premier ministre Hongseom et l'écriture est faite par Songin, gendre du roi Jungjong, qui a écrit également l'épitaphe, à Namwonunbong, du combat Hwangsan.

Daeseongsa Mokbuljwasang

(Patrimoine culturelle matérielle de Séoul No 92/ San 141-4 Seocho-dong )

Daeseongsa Mokbuljwasang est une statue en bois d'un bouddha assis. Sculptée à la fin de la dynastie Joseon, il est doré plus tard. Ce temple a été fondé par un moine Baek Seongyong, un parmi 33 personnes qui ont mené le mouvement d'indépendance le 1 er mars 1919. Daeseongsa est un ancien temple datant de l'époque de Baekjae. La 1 ère année (384) du 15 ème roi Chimryu, lorsque Marananta du pays Dongjin, qui avait transmis le bouddhisme à Backjae, a souffert de la maladie de l'eau et de la terre, l'eau de ce temps lui guérie sa maladie. D'où la fondation du sanctuaire de Daeseong qui est devenu plus tard Daeseongsa.

Depuis, beaucoup de moines y sont passés aux époques Silla, Goryeo et Joseon. Parmi eux, les maîtres reconnus tels que Wonhyo, Bojo, Jinul, Muhak, étaient restés en ce lieu. De plus, le moine Baek Yongseong, représentant bouddhique parmi 33 représentants du peuple, a exploité le mouvement national en y restant lors du mouvement pour l'indépendance du 1 er mars.

Wonjidong Seokbulipsang et Seoktap(Statut de bouddha en pierre et pagode en pierre)

(Patrimoine culturelle matérielle de Séoul No 93 / 362-4,5 Wonji-dong )

Il y a Mireukbul de la taille de 2 mètres ayant le style folklorique de la fin de l'époque Goryeo et le début de Joseon et une petite pagode en pierre de 3 étages. Mireukbul est pris comme un dieu tutélaire dans le village Wonteo. Lors de la prière sincère, il prédisait le bon et mauvais augure ainsi que le bonheur et le malheur. On disait donc que les policiers japonais l'ont emdommagé.

A droite de l'entrée du pont de l'autoroute qui mène au chemin d'alpinisme du mont Cheonggae à Wonji-dong, Mireukdang (sanctuaire de Mireuk) est fondé avec la superficie de 4 pyeong ( 1 pyeong = 3.3 m2) (362-4,5 Wonji-dong) à l'intérieur duquel un petit gong de bois et des ustensiles des offrandes sont équipés ainsi que Mireukbul, une statue debout blanc de la taille de 2 mètres.

Ce mireukbul, numéro 93 de patrimoine culturel et matériel de Séoul, est un dieu tutélaire. Les habitants font donc un rituel une fois par an. A l'origine, ce mireukbul a émis un effet mystérieux et les japonais sous l'occupation japonaise, ont tenté de le transporter au Japon avec une voiture à cheval mais celq a échoué. D'autant que de plus en plus de gens se ruent à ce lieu avec un effet miraculeux, les japonais ont fini d'enlever le nombril du Bouddha. Depuis on dit qu'il a perdu sa compétence.

Mûrier de Jamsili

(Monument historique de Séoul No 1 / 1-54 Jamwon-dong )

Le mûrier vieux dont le contour est de 1.4m est présumé d'être planté au début de la dynastie Joseon mais la période exacte de la plantation ainsi que son âge n'est pas claire. Il est possible qu'ils soient plantés lorsque le quartier Sinjamsil est installé dans ce quartier pendant la période du gouvernement du roi Seongjong au roi Yeonsangun. L'arbre flétri est un état coupé au milieu de deux branches venant de la tige originale. En planant des mûriers autour, l'association sériciculturelle de Corée veut rappeler aux citoyens l'époque luxuriante de la sériciculture.